RECHERCHE SUR LE LOISIR ET L’INTÉGRATION

Depuis 2013, La Maisonnée est membre d’un partenariat de recherche coordonné par M. Bob White, professeur titulaire au département d’anthropologie à l’Université de Montréal et directeur du Laboratoire de recherche sur les relations interculturelles (LABRRI), Cette recherche vise à analyser les interactions entre les citoyens d’origines diverses à Montréal et à démontrer comment notre appartenance à des communautés ethniques, religieuses, linguistiques peut entrer en conflit avec les principes citoyens et l’émergence de nouvelles formes d’insécurité au Québec. La contribution de La Maisonnée porte spécifiquement sur la participation citoyenne et le sentiment d’appartenance en contexte pluriethnique. Dans l’optique de mieux comprendre les différentes perceptions de la participation réussie en contexte interculturel, le programme de recherche du LABRRI vise à :

 

  • Décrire la diversité des expériences citoyennes
  • Comprendre les processus d’affiliation en contexte interculturel
  • Développer des outils pour évaluer le sentiment d’appartenance dans les contextes pluriethniques

L’accessibilité au loisir : vecteur d’accueil
et d’intégration en contexte interculturel

 

En lien avec cette recherche, le 5 avril 20018, a eu lieu un colloque organisé par La Maisonnée et le Conseil québécois du loisir, sous le thème de « l’accessibilité au loisir : vecteur d’accueil et d’intégration en contexte interculturel ». Animé par monsieur Guy Drudi, président du conseil d’administration de La Maisonnée, ce colloque a permis des échanges entre les participants provenant de divers milieux de l’intégration interculturelle et du loisir. Ces échanges, qui portaient sur des expériences et des enjeux organisationnels relatifs à l’accessibilité du loisir et à l’intégration sociale des nouveaux arrivants, ont suscité des réflexions sur le rôle des travailleurs, des bénévoles, des organismes publics et associatifs relatifs à l’éducation et à l’intégration sociale des immigrants par le loisir en contexte interculturel.

Rappelons que l’intégration économique est importante pour assurer l’intégration sociale des nouveaux arrivants, mais qu’elle ne suffit pas pour que les gens se sentent épanouis dans leur intégration. À notre avis, la participation sociale associée aux activités de loisir peut servir de levier pour une intégration plus complète.

Ce résumé s’adresse aux participants et à tous les intervenants concernés. Les organisateurs souhaitent ainsi sensibiliser les intervenants, chercheurs et décideurs des milieux communautaires, municipaux, scolaires et gouvernementaux au potentiel du loisir pour favoriser l’accueil et l’intégration sociale des nouveaux arrivants dans une perspective interculturelle.

(Si possible mettre le logo Conseil Québécois du loisir _ LABBRI)